++ 32 4 366 22 68 educationenergie@uclouvain.be
Sélectionner une page

Promouvoir les actions d’économie d’énergie menées dans l’école, en particulier celles prises en charge par des élèves, est de nature à encourager leur généralisation, par tous et sur le long terme.

Communiquer l’économie d’énergie engrangée est encore plus motivant, surtout si celle-ci est importante.

Comment évaluer l’impact des actions mises en œuvre ?

Il est en général assez aisé d’évaluer l’économie d’électricité réalisée grâce aux actions visant à mieux gérer les appareils électriques et l’éclairage dans l’école.

Etape 1

Au début et en fin de la période d’action, relever les index (jour/heures pleines et nuit/heures creuses, en kWh) du compteur de l’école.

Exemple

  Index initial (kWh)
le 1er décembre
2018
Index final (kWh)
le 15 mars
2019
Différence
d’index
(kWh)
Heures pleines
Heures creuses
205.150
102.630
212.350
104.430
7.200
1.800
Consommation durant la période     9.000

Calculer les différences d’index pour connaître les consommations d’électricité en heures pleines et en heures creuses durant la période.

Additionner ces consommations pour obtenir la consommation totale d’électricité durant la période.

Etape 2

Obtenir la dernière facture de régularisation indiquant les consommations de l’école, heures pleines et heures creuses, durant une période de 12 mois.

Additionner ces deux consommations pour obtenir la consommation totale d’électricité pour ces 12 mois.

Exemple

  Consommation d’électricité sur 12 mois (kWh) : novembre à octobre
Heures pleines
Heures creuses
24.000
6.000
Total 30.000
Etape 3

Établir la consommation de l’année précédente pour la même période que celle de l’action, appelée consommation de référence.

Pour ce faire, utiliser, comme dans le tableau qui suit, la répartition forfaitaire définie sur base d’un grand nombre de factures d’électricité d’écoles. C’est surtout l’éclairage qui augmente la consommation en plein hiver.

  Répartition Consommation mensuelle (kWh) Consommation durant la même période d’action (kWh) : 1er décembre au 15 mars
Janvier 11% 3.300 3.300
Février 11% 3.300 3.300
Mars 9% 2.700 1.350
Avril 8% 2.400  
Mai 9% 2.400  
Juin 7% 2.100  
Juillet 8% 1.200  
Août 5% 1.500  
Septembre 7% 2.100  
Octobre 9% 2.700  
Novembre 10% 3.000  
Décembre 11% 3.300 3.300
Année 100% 30.000 11.250

Pour chaque mois, la consommation durant celui-ci correspond à sa part de consommation totale.

Exemple : consommation en avril = 30.000 kWh x 8% = 2.400 kWh.

La consommation de référence recherchée est calculée en ajoutant la contribution de chaque mois de la période d’action.

Si l’on considère la période d’action prise comme exemple, du 1er décembre au 15 mars : consommation de référence = consommation de décembre-janvier-février + consommation de la moitié de mars = 3.300 + 3.300 + 3.300 + 1.350 = 11.250 kWh.

Etape 4

Calculer l’économie réalisée durant la période d’action.

Exemple

  • Consommation durant la période d’action = 9.000 kWh.
  • Consommation de référence : 11.250 kWh
  • Economie réalisée : 11.250 – 9.000 = 2.250 kWh
  • Pourcentage d’économie : 2.250 / 11.250 = 20 %

Une telle économie est un excellent résultat que de nombreuses écoles parviennent à obtenir grâce aux actions menées par leurs élèves.

Une telle performance mérite d’être largement diffusée au sein de l’école, auprès des parents et même dans les médias locaux !

Etape 5

Evaluer le gain financier résultant de cette économie.

Quel est le coût du kWh d’électricité ?

Pour l’obtenir, il suffit de diviser le montant total de la facture de régularisation par le nombre total de kWh consommés sur les 12 mois.

Exemple

  • Montant de la facture : 7.500 euros
  • Consommation totale sur 12 mois : 30.000 kWh
  • Coût du kWh : 7.500/30.000 = 0,25 euros / kWh.

Le gain durant la période d’action s’élève donc à : 2.250 kWh économisés x 0,25 euros/kWh = 562,50 euros.

On peut espérer un gain bien plus important si les actions sont poursuivies toute l’année et les années suivantes !

Voici comment procéder pour évaluer l’économie résultant d’actions visant à mieux gérer le chauffage de l’école.

  • Chauffage par des convecteurs électriques : la méthode est identique à celle présentées ci-dessus. Dans certaines écoles, ces convecteurs sont raccordés à un compteur spécifique et leur consommation fait l’objet d’un tarif préférentiel. Cependant, pour comparer les consommations de chauffage d’une année par rapport à une autre, il sera nécessaire d’effectuer un correctif climatique car le climat peut varier notablement d’une année à l’autre.
  • Chauffage par une chaudière au gaz naturel : la méthode présentée ci-dessus peut être suivie pas à pas, sur la base des relevés d’index du compteur de gaz et des données fournies dans la facture de gaz. Le correctif climatique doit aussi être effectué.
  • Chauffage par une chaudière au mazout : la méthode est semblable à celle présentée ci-dessus, avec deux variantes. La consommation durant la période d’action est évaluée via la différence des niveaux de la cuve à mazout, relevés au début et en fin de la période (en tenant compte d’un éventuel remplissage de cette cuve pendant la période). La consommation de référence doit être établie sur base de minimum trois années de consommation (cela permet de minimiser l’erreur sur le niveau initial et final de cuve). Ici encore, il est nécessaire d’effectuer un correctif électrique.

Sur le terrain, il n’est pas toujours aisé d’évaluer l’économie de chauffage en appliquant le correctif climatique. Les Facilitateurs éducation-énergie peuvent vous aider… N’hésitez pas !